Plurielles-logo

Appel à Communications : « Poétiques de l'insaisissable » [Colloque International, UBM, 4-5 avril 2024] / DL : 15 octobre 2023

Florence Boulerie Éric BENOIT

Colloque International « Poétiques de l’insaisissable »

Université Bordeaux Montaigne

4-5 avril 2024

UR24142 Plurielles. Langues, littératures, civilisations

Équipes internes CEREC et Modernités

DL d’envoi des propositions de communication : 15 octobre 2023

     « Insaisissable » apparaît dans la langue française de la toute fin du XVIIIe siècle et fait son chemin dans la littérature au cours des XIXe et XXe siècles, tant il est vrai que l’artiste moderne se trouve sans cesse confronté à ce qui se dérobe, échappant à ses sens comme à son entendement. L’insaisissable serait-il une de ces notions aux multiples implications esthétiques permettant de fonder la modernité par opposition à ce qui l’a précédée ? Faut-il entendre les mots de Boileau, « Tout ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », comme le principe de l’écriture des XVIIe et XVIIIe siècle, ne laissant pas de place aux idées informelles, inabouties, mouvantes, aux sentiments flottants et aux émotions fugitives ?  Peut-on opposer une esthétique classique pour laquelle le langage serait le moyen d’une saisie du réel à une littérature moderne qui se serait mise en quête de l’insaisissable ? Ce qui échappe à la prise du concept (qui est le domaine du discours philosophique), ce qui tend à l’impensé voire à l’impensable, trouve-t-il dans le discours littéraire moderne un moyen privilégié non pas d’expression mais de tentative inépuisable de manifestation ? 

[…]

« La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable », disait Baudelaire. L’écriture de certains textes des XIXe et XXe siècles est exemplairement à la poursuite de l’insaisissable, depuis la fin de La Peau de chagrin de Balzac (« comme un mot vainement cherché qui court dans la mémoire sans se laisser saisir »), jusqu’au Nom sur le bout de la langue de Pascal Quignard, en passant par Nerval (la thématique de l’évanescence dans Aurélia), Verlaine (passim), Mallarmé (son ontologie négative où l’Idée se dérobe toujours), Proust (les tentatives de saisir l’insaisissable des réminiscences), Supervielle (en quête de rejoindre les traces des morts), Bataille (ses considérations sur le Tao insaisissable, et sur la réversibilité du sens et du non-sens), Beckett (le poème « Comment dire ? »), les « tropismes » de Nathalie Sarraute, ou encore l’esthétique de Michaux (Face à ce qui se dérobe), celle de Ponge (Le Savon), et celle de Jaccottet (« l’effacement soit ma façon de resplendir »), sans oublier la part que la critique littéraire a pu faire à l’insaisissable (notamment chez Jean-Pierre Richard, Blanchot, Barthes). Le japonisme européen de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, y compris dans ses expressions picturales et musicales, semble aussi lié, entre autres déterminations, à la fascination pour les catégories de l’esthétique japonaise qui relèvent de l’insaisissable (comme la notion de nagori, littéralement la « trace des vagues », signifiant la nostalgie de ce qui vient de disparaître). 

Cette notion de l’insaisissable n’a plus guère été revisitée depuis Vladimir Jankélévitch (Le je-ne-sais-quoi et le presque-rien). Elle mériterait donc une nouvelle approche esthétique et spécifiquement littéraire. C’est un sujet apparemment plutôt thématique, mais qui engage en fait des enjeux formels et entraîne une discussion sur la définition de la modernité. 

 

Lire l'intégralité de l'appel à communications dans le document ci-dessous.

     Les propositions (une dizaine de lignes précédées d’un titre et suivies d’un bref CV) devront être adressées avant le 15 octobre 2023 simultanément à :

Eric Benoit Eric.Benoit@u-bordeaux-montaigne.fr 

Florence Boulerie Florence.Boulerie@u-bordeaux-montaigne.fr 

            En objet de votre message, veuillez indiquer « Colloque. Poétique de l’insaisissable ».

 

            Une réponse sera donnée avant le 15 novembre 2023.

 

Manifestations associée(s)

appel à communication colloque

 Document(s) associé(s)

 Appel à communications

A découvrir :

2022, 1er janvier : l'UR Plurielles voit le jour

À tous et toutes les chercheurs et chercheuses de Plurielles, nous souhaitons une lumineuse année 2022 !Que le lancement de notre équipe rayonne de vos découvertes.Sans oublier de vous garder tous et

Manifestations associée(s)

autres manifestations

2022, 4 avril : « Qui ne dit mot consent » : dits et non-dits des désirs féminins [Journée d'étude internationale]

Journée d’études internationale interdisciplinaire, Université Bordeaux Montaigneorganisée par Marie-Lise Paoli et Géraldine Puccini« Qui ne dit mot consent » : dits et non-dits des dés

Manifestations associée(s)

journée d’étude