Plurielles-logo

2024, 7 sept. : « Horizons familiaux » [journée d'étude, château de Bussy-le-Grand]

Myriam Tsimbidy

« Horizons familiaux »

La famille occupe une place décisive dans les lettres et dans l’œuvre de Bussy-Rabutin, et elle était présente dans les décors de son château. Cependant, si Mme de Sévigné bénéficie de solides études, il n’en est pas de même de sa famille proche, de ses enfants, pourtant destinataires des ultimes Discours, seule Mme de Coligny ayant fait jadis l’objet d’une monographie. En revanche, des articles ont été consacrés récemment aux épouses de Bussy, ainsi qu’à son cousin Jean-Louis de Rabutin, lui aussi mémorialiste.

La Société des amis de Bussy-Rabutin a donc décidé de consacrer la journée d’étude qu’elle organise avec le Centre d’études et de recherche sur l’Europe classique de l’Université Bordeaux-Montaigne, aux Horizons familiaux de Bussy-Rabutin. Située dans le prolongement des journées consacrées aux Horizons généalogiques bourguignons et aux Horizons épistolaires, cette journée sera centrée sur la dimension familiale de l’œuvre de Bussy.

Les communications pourront porter sur les proches de Bussy, comme sur les personnages apparaissant dans son Histoire généalogique ou dans les décors de son château, par exemple Sébastien ou François de Rabutin, l’auteur de l’Histoire de la Guerre en Gaule belgique. Il convient de souligner que si la branche des Rabutin de Bussy s’éteint en la personne de Michel-Celse, Louise Françoise (Mme de Coligny) et Marie-Thérèse de Rabutin (Mme de Montataire) ont eu une postérité et ont aidé à entretenir la gloire littéraire de leur père.

Les propositions pourront également porter sur la place de la famille dans l’écriture de Bussy (choix des thèmes, formes pratiquées et, éventuellement, collaborations, modes de diffusion et de transmission). L’on connaît en effet depuis longtemps le rôle décisif de Louise-Françoise dans la mise au point des dernières œuvres de Bussy comme dans les premières éditions, puis Roger Duchêne a mis en évidence la part prise par son demi-frère, Amé-Nicolas dans l’édition des lettres de Bussy et de Mme de Sévigné. Pourront donc être étudiés les modes d’insertion des lettres des enfants de Bussy dans la Suite des Mémoires, des cas d’écriture collective tels que les vers offerts à Mme de La Roche, ou encore les modes de circulation des manuscrits.

L’on aura garde de ne pas négliger la défense du nom, jusque dans les prétoires : la succession Coligny, le procès La Rivière, qui a donné lieu à des factums, à des campagnes épistolaires, puis à des suppressions de documents, ainsi qu’à des tentatives de La Rivière de contester la suprématie littéraire de Bussy. Car, plus profondément, la thématique familiale construit l’ethos nobiliaire de l’écrivain comme elle a déterminé la carrière du soldat.

Enfin, l’on pourra proposer des points de comparaison avec des mémoires et des correspondances de contemporains ou des stratégies de gestion et de valorisation du nom par des groupes familiaux.

La journée se tiendra au château de Bussy-le-Grand le 7 septembre 2024. Les communications seront publiées en décembre dans le n° 36 de la revue Rabutinages.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 12 mai 2024 à 

myriam.tsimbidy@u-bordeaux-montaigne.fr  ou à  ch.blanquie@outlook.com 

 

Manifestations associée(s)

appel à communication

A découvrir :

2022, 1er janvier : l'UR Plurielles voit le jour

À tous et toutes les chercheurs et chercheuses de Plurielles, nous souhaitons une lumineuse année 2022 !Que le lancement de notre équipe rayonne de vos découvertes.Sans oublier de vous garder tous et

Manifestations associée(s)

autres manifestations

2022, 4 avril : « Qui ne dit mot consent » : dits et non-dits des désirs féminins [Journée d'étude internationale]

Journée d’études internationale interdisciplinaire, Université Bordeaux Montaigneorganisée par Marie-Lise Paoli et Géraldine Puccini« Qui ne dit mot consent » : dits et non-dits des dés

Manifestations associée(s)

journée d’étude